• joelle

La première fois que j’ai lu cet article, il m'a profondément interrogée, moi qui jusque-là pensais que la présentation de faits clairs mettait fin à toute divergence d'opinions...


Voici ce que j’en retiens:

-Une fois formées, nos impressions restent.

-Les biais de confirmations existent: On prend en compte les informations qui confirment nos croyances et on rejette celles qui les infirment.

-Nous sommes aveugles par rapport à nos propres biais. On les identifie facilement chez les autres (surtout s’ils ne partagent pas nos convictions) sans voir les nôtres.

-Quand on prend position, on pense qu’on en connait beaucoup plus qu’en réalité. On se contente d’un argumentaire faible.

-On utilise les pensées comme on utilise un objet, sans comprendre comment elles sont fabriqués, ni comment elles fonctionnent.

-On peut échapper à ce mécanisme en approfondissant nos connaissances sur le sujet en question, cela fait sortir des prises en positions très polarisées.


J’ai entre autres choisi le coaching car il nous met face à nos propre biais, à ces croyances qui nous empêchent d’avancer. En cela il change nos perspectives, ouvre le champs des possibles et nos opinions et croyances peuvent évoluer!